Arts graphiques & arts plastiques

Mardi 30 août 2 30 /08 /Août 08:51

Ligier Richier est connu pour avoir été un sculpteur originaire de la Lorraine qui vécut à l’époque de la Renaissance. Il eut la particularité de pouvoir travailler à peu près tous les matériaux disponibles de son époque tels que la pierre, le bois, la terre cuite... et innova même en inventant un enduit fait de cire permettant à ses œuvres d’obtenir une apparence "marbrée".

Parcours personnel

Son enfance

Ligier Richier vit le jour au début du XVIe siècle à Saint-Mihiel. Il quitta la Lorraine aux alentours de 1563 et partit sur Genève. Il y décéda en 1567.

Ses débuts

Le début des années 1530 marquera la première signature d’œuvre de Ligier Richier pour le compte du duc Antoine de Lorraine. Il réalisa par la suite plusieurs autres œuvres en s’appuyant sur sa foi religieuse.

Sa carrière

Ses œuvres

Bon nombre d’œuvres non signées ont été attribuées à Ligier Richier en se basant sur des analyses de style des sculptures découvertes au fil du temps. Ce talent particulièrement bien exploité et d’une finesse remarquable a permis de faire le rapprochement entre certains écrits mentionnant des sculptures et des œuvres de Ligier Richier.

L’essentiel de ses œuvres

  • " Le Retable de la Passion ", une œuvre polychrome de l'église d'Hattonchâtel supposée de Ligier Rihcier datant de 1523.
  • " Le Transi de René de Chalon ", une œuvre entreposée à l'église Saint-Étienne de Bar-le-Duc, datant du milieu du XVIe siècle.
  • " Calvaire à l'église Saint-Étienne de Bar-le-Duc ", une œuvre entreposée au sein de cette même église.
  • " Calvaire à l'église Saint Gengoult de Briey ", une œuvre entreposée au sein de cette même église.
  • " Calvaire à l'église Notre-Dame de Bar-le-Duc ", une œuvre entreposée au sein de cette même église.
  • " Gisant de Philippe de Gueldre ", datant aux alentours de 1547, est entreposée à l'église des Cordeliers, à Nancy.
  • " L'Enfant Jésus ", une œuvre entreposée au Musée du Louvre à Paris.
  • " La Tête de Saint-Jérôme ", une œuvre entreposée au Musée du Louvre à Paris.
  • " La Pâmoison de la Vierge ", une œuvre entreposée à l'église abbatiale Saint-Michel de Saint-Mihiel.
  • " Pietà ", une entreposée à l'église Saint-Martin d'Étain.
  • " La Mise au tombeau ", appelée aussi " Sépulcre de Saint-Mihiel ", une œuvre entreposée à l'église Saint-Étienne de Saint-Mihiel.
œuvre de Ligier Richier
Par Aurélie DESANTI - Publié dans : Arts graphiques & arts plastiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 20 août 6 20 /08 /Août 15:04

Jean-Baptiste Martin, également connu sous le nom de "Martin des batailles" ou bien "Martin des Gobelins", fut connu pour avoir été un peintre d’origine française. Artiste de grand talent, il fut rapidement appelé par le roi Louis XIV et il réalisait, à sa demande, de nombreuses œuvres représentatives de scènes d’affrontements, de conquêtes.

Parcours personnel

Son enfance

Jean Baptiste Martin vit le jour en 1659 à Paris. Il décéda à Paris en 1735.

Sa scolarité

Jean Baptiste Martin étudiera le dessin auprès de Laurent de La Hyre, puis se spécialisera dans l’art des fortifications.

Ses débuts

À la fin de son apprentissage, Sébastien Le Prestre de Vauban, un dessinateur, le prend sous son aile et lui permet de rencontrer le roi Louis XIV. Il obtiendra alors le poste de premier peintre assistant d’Adam François Van der Meulen et se consacrera à la peinture des scènes de batailles du roi.

Sa carrière

Au décès de son mentor en 1690, Adam François Van der Meulen, Jean Baptiste Martin se voit offrir l’opportunité de devenir le directeur de la manufacture royale de tapisserie des Gobelins.

Ses principales œuvres seront d’ailleurs entreposées au château de Versailles. Le duc Léopold 1er de Lorraine fera également appel à ses services, il décorera le château de Lunéville par ses peintures.

Le fils de Martin Jean Baptiste s’orientera également dans cette voie et il assistera son père dans la réalisation de ses œuvres.

Ses œuvres

  • "Le Siège de Namur", datant de 1692 réalisée pour le château de Marly.
  • "Assemblée ordinaire de l’Académie royale de peinture et sculpture", réalisée entre 1710 et 1720 et entreposée au Musée du Louvre.
  • "Siège de Belgrade", réalisée après 1717 et conservée au musée des beaux-arts de Rouen.
  • "Sacre de Louis XV", réalisée entre 1722 et 1735 et entreposée au château de Versailles.
  • "La Ville et le Siège d'Aire", conservée au musée Condé à Chantilly.
  • "La Ville et le Siège de Senef", conservée au musée Condé à Chantilly.
  • "Entrée de Louis XIV à Ypres", conservée au musée de la Chartreuse de Douai.
  • "Un siège", une œuvre conservée au Musée des beaux-arts de Marseille.
œuvre de Jean Baptiste Martin
Par Aurélie DESANTI - Publié dans : Arts graphiques & arts plastiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 10 août 3 10 /08 /Août 12:02

Jules Dupré est connu comme étant un peintre paysagiste français. Inspiré artistiquement par les créations en céramique de son père, Jules Dupré prendra par la suite son propre envol en étudiant de nombreuses techniques de peinture suscitant ainsi la fascination de grands maîtres en la matière tels que Vincent Van Gogh.

Parcours personnel

Son enfance

Jules Dupré voit le jour le 5 avril 1811 à Nantes (France) d’un père spécialisé dans la fabrication de porcelaine. Dès le plus jeune âge, il s’intéresse aux pratiques artistiques de son père concernant les décorations de porcelaine. À l’âge de 12 ans, il déménage sur Paris. Il décéda le 6 octobre 1889 à L'Isle-Adam.

Sa scolarité

Il est dans un premier temps admis au sein de l'atelier du paysagiste Jean-Marie Diébolt, puis il voyagera tour à tour en Angleterre, en Normandie et dans l’Indre afin de parfaire son apprentissage. Il fréquenta notamment les écoles de Corzant et de Barbizon.

Ses débuts

Il n’a pas encore 20 ans quand il vend ses premières œuvres à Paris. Il abandonne alors la voie toute tracée du métier de son père pour ne se consacrer qu’à la peinture sur toile.

Sa vie privée

À 35 ans, on lui confère une liaison avec George Sand, puis il fréquentera une de ses élèves, Hélène Quantibet, qui décédera en 1857. Trois années plus tard, il épousera Stéphanie Moreau, une femme qui lui donna deux enfants par le passé.

Sa carrière

Ses œuvres

  • Moulin et champ de blé.
  • La vache blanche.
  • Châlons-en-Champagne.
  • La fenaison.
  • Le port Saint-Nicolas à Paris.
  • Soleil couchant.
  • La mare.
  • Paysage marin.
  • Paysage avec figures.
  • La Bataille d'Hondschoote (peinture des paysages de Jules Dupré et personnages par Eugène Lami).
  • Crossing the Bridge.
  • Marine.
  • Effet de nuit.
  • Rivière au soleil couchant.
  • Vallée de la Loire.
  • La rivière.
  • L'automne.
  • Bords de rivière.
  • L'abreuvoir et le grand chêne.
  • L'étang.
  • La ferme.
  • Les landes.
  • Paysage avec rivière.
  • La petite charrette.
  • Portrait de l'artiste.
  • Portrait de Madame Seraille (sa tante).
  • Soleil couchant après l'orage.
  • Soleil couchant sur un marais.
  • Vaches au bord de l'eau.
  • Le chemin de la ferme.
  • Le chêne.
  • La mare aux chênes.
  • La mare près du moulin.
  • Paysage avec vache.
  • Le vieux chêne.
  • Cour de ferme.
  • Homme assis.
Jules Dupré : autoportrait
Par Aurélie DESANTI - Publié dans : Arts graphiques & arts plastiques
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus