Tout savoir sur la romancière Vita Sackville-West (biographie, oeuvres)

Publié le par Aurélie DESANTI

De son vrai nom Victoria Mary Sackville-West, maintenant connue sous le pseudonyme de Vita Sackville-West, cette femme d’origine anglaise a su exploiter de multiples talents et ainsi faire profiter à un large public de ses prouesses tantôt en tant que poétesse, tantôt romancière (essayiste, biographe, traductrice), mais également en partageant sa passion pour la jardinerie.

Parcours personnel

Son enfance

Vita Sackville-West a vu le jour le 9 mars 1892 à Knole House (dans le Kent) d’un père, Lionel Edward Sackville-West, baron de Sackville et de sa mère Victoria, héritière de Sir John Murray Scott.

Elle vécut son baptême sous le nom de Victoria Mary Sackville-West, mais fit le choix de se faire appeler "Vita" tout au long de sa vie.

Vita Sackville-West est décédée le 2 juin 1962.

Sa vie de famille

A l’âge de 21 ans, en 1913, Vita Sackville-West prit pour époux Harold Nicolson, tour à tour journaliste, écrivain et politicien avec lequel elle vivra une relation stable, mais sulfureuse puisqu'elle renie les préceptes de la monogamie.

Elle fera d’ailleurs la connaissance, au cours de sa vie maritale, de la romancière Virginia Woolf, Violet Trefusis, Evelyn Irons ainsi que Mary Garman puis encore bien d’autres avec lesquelles elle entretiendra des liaisons passionnées, et ce, en parfait accord avec son époux.

Cet heureux couple aux mœurs légères eut 2 enfants, Benedict (né en 1914 et décédé en 1978), qui fut un brillant historien en art et Nigel (né en 1917 et décédé en 2004), politicien et écrivain à l’instar de ses parents.

Sa carrière

En littérature

Sa carrière débuta en 1927, lorsqu’elle publia le poème "The Land" qui lui permit de recevoir le prix "Hawthornden".

Six années plus tard, Vita publiera cette fois-ci un recueil entier de poèmes, baptisé "Collected Poems" qui lui permit de remporter à nouveau le prix "Hawthornden".

Parallèlement, en 1930 et 1931, elle publie successivement 2 romans devenus des classiques du genre, intitulés respectivement, "The edwardian" et "All passion spent" (qui fut même adapté sur petit écran en 1986).

En jardinerie

Depuis l’acquisition, dans les années 1930, du château de Sissinghurst (dans la région de Kent), Vita s’intéressa de plus près au domaine de la jardinerie en participant à la conception de ses jardins à demeure, mais aussi en tenant la chronique "In your garden", en 1947, dans le journal "The Observer".

Jardin des Tuileries1 Portreat of Vita Sackville-West by William Strang | Source http://ww

Publié dans Littérature

Commenter cet article