La biographie de Hans Joachim Marseille

Publié le par Aurélie DESANTI

Hans Joachim Marseille est connu pour avoir été un pilote de chasse d’origine allemande, titulaire du grade "Hauptmann" et l’un des meilleurs pilotes étant intervenus pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa renommée était telle que le surnom "L’Étoile d’Afrique" lui avait été donné grâce à ses nombreuses victoires remportées lors notamment de combats au dessus de l’Afrique du Nord.

Parcours personnel

Son enfance

Hans-Joachim Marseille est né le 13 décembre 1919, à Berlin (en Allemagne), de parents immigrés huguenots et plus particulièrement d’un père gradé général major de la Luftwaffe.

Sa scolarité et formation

Hans suivit un cursus scolaire classique au sein du lycée "Prinz Heinrich" de Berlin puis il décida, à 19 ans, de marcher sur les traces de son père et de s’engager dans la Luftwaffe (armée de l’air).

Il y suivra une formation au cours de laquelle ses talents de pilote ne resteront pas dans l’ombre. Cependant, désinvolte et rebelle, il connaîtra bon nombre de déboires résultant de son opposition aux mesures de disciplines militaires en vigueur.

Sa carrière

En tant que pilote

À 21 ans, Hans Joachim obtient sa formation de pilote et rejoint une escadre d’entraînement basée sur la côte de la Manche. Ses supérieurs étaient stupéfaits lorsqu’il obtiendra sa première victoire (en abattant un avion ennemi anglais "spitfire") lors de sa toute première journée de combat.

L’année suivante, en 1941, indiscipline oblige, Hans Joachim est muté sur une autre escadrille, commandée par l’officier Gerhard Homuth.

Cette dernière lui permettra d’obtenir de nombreuses victoires sur la région nord de l’Afrique.

Ses récompenses

  • 1940 : la Croix de fer de 2e classe (suite à sa seconde victoire lors de son 2e jour de combat) ainsi que la Croix de fer de 1ère classe (remportée grâce à sa 5e victoire).
  • 1941 : le grade de sous-lieutenant et la croix allemande en or (remportée grâce à sa 13e victoire).
  • 1942 : la Croix de Chevalier de la Croix de Fer (remportées grâce à sa 50e victoire), le grade de lieutenant ainsi que "Les feuilles de chêne" (suite à sa 75e victoire), les "Glaives" (suite à sa 100e victoire), le grade de capitaine, etc.

S’en suivirent encore d’autres récompenses prestigieuses, grâce à ses 158 victoires à son actif, qui prendront fin le 30 septembre 1942, jour de son décès survenu lorsqu’il essayait de s’extraire de son avion en flammes, alors qu’il survolait l’Égypte.

España, València : Interior del Museo de las Ciencias Príncipe Feli

Publié dans Aéronautisme

Commenter cet article